Rente Viager

Rente viagère : ses différentes formes

Dans le cadre de la vente immobilière en viager, l’acquéreur paie le bien immobilier sous la forme d’une rente viagère. Il s’agit d’une somme versée périodiquement au vendeur tout au long de sa vie. La rente viagère se décline sous plusieurs formes et peut être aménagée selon une entente entre l’acquéreur et le vendeur. Zoom sur les différents types de rentes viagères.

 

Rente viagère progressive

 

Le principe de la rente progressive est relativement simple. Elle est en augmentation progressive pendant le viager. Par exemple, le vendeur percevra une rente de 1500 à 2500 euros sur un viager de 10 ans. Il touchera 1500 euros la première année, 1600 euros la deuxième année, 1700 euros la troisième année, etc. Le vendeur percevra donc une rente de plus en plus élevée au fil du temps. L’avantage de la rente viagère progressive est qu’elle permet de prévoir un besoin de complément de revenus plus tardif.

 

Rente viagère dégressive

 

Contrairement à la rente progressive, la rente dégressive permet au vendeur de toucher une grosse somme d’argent au début du viager. La rente sera réduite par la suite. En optant pour une rente viagère dégressive, le vendeur bénéficiera d’un complément de revenus pour financer son projet. Il pourra d’ailleurs augmenter le montant des premières rentes.

 

Rente viagère de dépendance

 

En matière de rente viagère de dépendance, l’acquéreur s’engage à majorer la somme versée en cas de perte d’autonomie du vendeur. Ainsi, le vendeur pourra faire face aux divers frais comme le placement dans un établissement médicalisé, l’assistance à domicile et l’aménagement du logement. Cela permet également au vendeur d’éviter que les surcoûts ne soient supportés par sa famille. La rente viagère de dépendance peut être une bonne option pour mieux se protéger contre un risque de perte d’autonomie.

 

Rente viagère par paliers

 

Avec une rente viagère par paliers, l’acheteur et le vendeur peuvent déterminer à l’avance le montant de la rente en fonction de leurs projets. Le vendeur pourra moduler la somme versée selon des périodes prédéfinies. Par exemple, sur un viager de 10 ans, le vendeur pourra choisir de toucher une rente plus élevée durant les six premières années avec la perspective d’un montant moins élevé pendant les quatre dernières années.

 

Rente viagère réversible

 

Dans le cas d’une rente viagère réversible, l’acquéreur verse toujours la somme convenue au conjoint du vendeur en cas de décès de celui-ci. Cette forme de rente viagère permet de maintenir le niveau de revenu de son partenaire.

 

Rente viagère certaine

 

En matière de rente viagère certaine, le vendeur et l’acheteur déterminent à l’avance la durée du versement de la rente. Dans le cas où le vendeur décède avant la fin du contrat, la totalité de la rente est versée au bénéficiaire désigné. Si le vendeur est encore en vie après la durée fixée, il continue à percevoir la rente.

 

Comment calculer une rente viagère ?

 

Afin de pouvoir calculer une rente viagère en matière de vente immobilière, il est essentiel de comprendre le bouquet du viager.

 

Calcul du montant du bouquet

 

Le bouquet du viager est une partie du prix du bien immobilier qui peut être versé au moment de la signature du contrat de vente. Le reste est transformé en rente viagère. En règle générale, le montant du bouquet est fixé à 30 % du tarif du bien immobilier. Il doit également être calculé selon l’âge du crédirentier, sa situation patrimoniale et le prix du bien.

 

Détermination de la rente viagère

 

La valeur d’une rente viagère peut être fixée librement par le vendeur et l’acheteur. Néanmoins, elle doit être calculée en fonction de la valeur du bien immobilier, du montant du bouquet, de l’âge du vendeur et de la rentabilité du bien immobilier. En matière de rente viagère réversible, l’âge à retenir est celui du conjoint le plus âgé au moment de l’entrée en vigueur de la rente.

 

Le versement de la rente peut être mensuel, trimestriel ou annuel. Les deux parties peuvent déterminer la périodicité de paiement. Dans le cas où la rente viagère n’est pas versée, le vendeur peut récupérer les rentes des cinq dernières années.

 

À noter que la rente viagère fait l’objet d’une révision annuelle selon un barème fixé par la loi de finances. Cela permet de maintenir le pouvoir d’achat de l’acquéreur. Par ailleurs, chaque partie a la possibilité de demander une réduction du coefficient de révision ou encore une majoration au tribunal d’instance.

 

Qu’en est-il de la fiscalité ?

 

Contrairement au montant du bouquet, la rente viagère est imposable. Elle bénéficie également d’un abattement qui varie de 30 à 70 % selon l’âge du crédirentier. L’abattement est de 30 % pour un vendeur de moins de 50 ans. Pour un crédirentier âgé de 50 à 59 ans, l’abattement est de 50 %. Si le vendeur est âgé de 60 à 69 ans, la rente viagère bénéficie d’un abattement de 60 %. À partir de 70 ans, l’abattement est de 70 %.