Vendre en Viager

Qu’est ce que le viager ?

 

La vente en viager est un excellent moyen de céder son bien immobilier, souvent rentable pour les deux parties. Il offre au vendeur, souvent d’un âge avancé, de bénéficier d’un revenu supplémentaire grâce à la rente viagère que lui versera l’acheteur. L’acquéreur, lui, achète un bien sans devoir payer l’ensemble du prix de vente tout en espérant alors faire une réelle affaire financière.

La vente en viager est directement en lien avec la longévité du vendeur, le client doit régulièrement verser une rente viagère, c’est à dire une somme d’argent préalablement établie entre les deux parties jusqu’au décès du vendeur. Pour que la vente en viager soit acceptable, le décès vendeur doit être imprévisible. En cas d’état mourant ou de maladie grave reconnue, la vente en viager ne pourra être viable ou contectée par la justice. Une vente en viager doit forcément être établie par un notaire, ce dernier ayant pour obligation de respecter les intérêts de chacun.

 

 

Pourquoi vendre en viager ?

 

L’avantage du viager pour le vendeur appelé aussi crédirentier, celui-çi souvent à la retraite, est de recevoir de façon régulière une certaine somme d’argent, et constituer un fort complément de revenus. En somme, d’améliorer sa qualité de vie quotidienne et de profiter agréablement du temps libre lors de sa retraite.

L’avantage pour l’acheteur, appelé débirentier, est principalement économique, le viager caractérise un placement de moyen à long terme qui permet une rentabilité sur l’année sans devoir verser une forte somme d’argent en une seule fois (sauf s’il y a la présence d’un bouquet lors de l’acte de vente). En effectuant l’acquisition d’une propriété à prix attractif.

 

 

Il existe deux formes de viagers

 

Le viager occupé: C’est à dire que le vendeur bénéficie du droit d’habitation et d’usage, c’est à dire continue à profiter de l’occupation totale du bien, en gardant ses habitudes quotidiennes jusqu’à son décès, ou son départ quelconque à partir du moment a donné son accord d’abandonner sa possibilité d’occupation dans l’acte de vente. L’acte de vente doit prévoir le partage des charges entre les deux parties (taxe d’enlèvement des ordures ménagères, taxe foncière, réparations importantes, entretien du bien, etc…) Il s’agit ici de la forme de viager la plus rependue, les vendeurs la favorisent afin de pouvoir garder leur cadre de vie si le bien est la résidence principale de celui ci et de réaliser de nombreuses économies

 

Le viager libre: Le bien est libre de toute occupation, c’est à l’acheteur que revient la décision de l’occuper à titre personnel, de le louer ou d’y loger un tiers. cette possibilité est moins rependue que la précédente, il s’agit souvent d’un bien autre que l’occupation principale du vendeur.

Ce choix aura un impact direct sur le calcul du prix de la rente. Lors d’un viager libre, la rente correspond au prix total du bien immobilier, puisque l’acheteur à l’entière disposition du dernier. Lors d’un viager occupé, le prix de l’occupation est déduit du prix total de la vente. La rente que doit l’acheteur est moins importante dans ce cas.

 

 

Le paiement du viager

 

A la différence d’une vente immobilière dite classique, lors d’un viager, le versement du prix de vente n’est pas direct, c’est à dire que l’acheteur ne verse pas l’intégralité du prix de vente en une seule partie. Le paiement est établie sous forme de rente payée au vendeur jusqu’à son décès.

Le montant dû est négocié entre le vendeur et l’acquéreur, cependant il y a une obligation à respecter. celle ci est appelée la valeur vénale, ce qui caractérise l’estimation financière du bien immobilier en question, celle ci est déterminée par la valeur moyenne des biens du marché immobilier, selon la région, le type de bien, etc… Dans le cas d’un viager, le facteur de l’espérance de vie du vendeur est également pris en compte.

 

 

Le bouquet

 

Le bouquet se caractérise par une transaction financière que l’acquéreur doit verser de façon immédiate au vendeur. le montant de celui ci est préalablement et librement fixé, à l’amiable avant l’acte de vente. Le bouquet n’est pas une obligation, cependant il est extrêmement conseillé, notamment si le vendeur est d’un âge avancé, au risque que la vente soit contestée en justice. Dans ce cas, le prix du bouquet est déduit du prix de vente, le montant de la rente est donc calculé après soustraction du prix total de la vente. En somme, plus le prix du bouquet est élevé, moins le montant de la rente est important.

Afin d’assurer la sécurité du versements des rentes, le vendeur a la possibilité d’inscrire dans l’acte de vente une clause résolutoire qui lui permet de reprendre son bien immobilier si le débirentier n’honore pas le paiement le plusieurs des rentes dues.

Egalement, il peut inscrire une clause lui accordant le droit de garder le bouquet versé préalablement en cas de résiliation de la vente du bien.

Il est tout à fait possible d’inscrire également dans le contrat de vente une clause selon laquelle, le vendeur souhaite réviser le prix de la rente chaque année. La rente est alors déterminée selon l’inflation immobilière, ce qui permet au crédirentier de ne pas perdre de pouvoir d’achat.

 

 

La revente du viager

 

L’acheteur, en cas de changement d’avis a la possibilité de revendre le viager. Dans ce cas, ce dernier demandera à recevoir un bouquet fixé à la totalité des rentes qu’il a déjà versé. Le nouveau débirentier devra alors accepter de se plier aux conditions préalablement établies entre le vendeur et l’acquéreur précédent.